mardi 19 août 2014

Before going zombie, I was run down and lifeless...

Voilà 4 jours que je suis rentrée et je ne me reconnais déjà plus...
Je fais des nuit blanches, je dors toute la journée, je ne sort plus, je ne manges presque plus, j'ai oublier à quand remonte la dernière fois que j'ai pris une douche, je ne me brosse même plus les cheveux...

Je suis devenue un vrai zombie!

Je ne fais que regarder une série de l'ancienne époque où mon cœur était encore jeune et vivant...
Avant je m'identifiais à un des personnages les plus joyeux de la série...
Aujourd'hui je m'identifie à celle qui est tout le temps torturée, seule dans sa tristesse car personne de son entourage ne sait ce que sa fait d’être prisonnier de sa mélancolie.

Mais à part regarder cette série, je ne veux rien faire, je ne veux même plus sortir de ma chambre...

J'ai passé un été mémorable coté mauvais souvenir et déprime...

Aujourd'hui on peut vraiment dire que j'ai perdue gout à tout...

Quand je pense que j'ai faillie partir aux USA et qu'à la place je subis une guerre avec ma famille, avec qui je me sens même plus à l'aise....

Quel ironie !

J'ai vraiment dû faire une truc moche dans ma vie pour subir tout ça....

vendredi 15 août 2014

La Vérité sur l'affaire Harry Quebert





La tuerie de l'année!

Un livre que j'ai dévoré en moins d'une semaine.
Une merveille du polar, bien ficelé, bien écrit, on se laisse transporter par l'histoire comme si on y était.

Juste bravo à ce jeune et talentueux écrivain qu'est Joel Dicker!

affronter une phobie !




Y'a quelques jours j'ai osé affronter une de mes multiples phobies :  nager dans un endroit dont la profondeur dépasse ma taille d'au moins 1 m !!!

Je me suis aventurer dans une piscine olympique soit 3 mètre de profondeur!

Juste OMG!!!!

j'étais totalement pétrifiée, le fond m'obnubilé, j'avais le poil hérissé comme un chat face un vilain chien!

J'avais tout mes mauvais souvenirs qui remontaient à la surface!!!

Je me suis tout d'abord assise sur le bord histoire de m'habituer mais merde je ne me suis pas habituée du tout! J'étais pétrifiée par la profondeur!
Puis j'ai finit par descendre la petite échelle petit à petit après 15 ou 20 min, tout de suite après je me suis collée au bord comme une ventouse haha! (j'en rie maintenant mais au moment des faits j'étais morte de peur!)

Je n'aurais pas lâcher le bord si je n'avais pas tout une attirail de matériels anti noyade (frite et ceinture de piscine) tout en sachant qu'en temps normal je sais nager!!!

Petit à petit (c.à.d 1h après!) je me suis débarrasser de la frite mais je n'ai pas pu m’ôter la ceinture de sécurité c'était surtout un soutient moral qu'autre chose!


Conclusion je ne me suis pas totalement réconcilier avec les piscines profonde, mais j'ai affronter une des mes plus grandes peur, certes je ne suis pas au stade de plonger en toute sérénité mais aujourd'hui je peux m’aventurer dans les profondeur même si j'aurai une frite ou une ceinture de sécurité avec moi :)
Ça était difficile, mais j'en suis sortie plus forte :)



dimanche 10 août 2014

Ou J'en suis...

Après avoir eu le cœur briser en milles morceaux, tout ça car j'ai oser avoir de l'espoir - à ce propos je reste toujours étonné de l’ampleur que ça a pris, j'ai eu l'impression d’être de retour dans mon enfance et qu’après avoir tant espérer j'ai été déçue, je ressens exactement la même intensité de cette douleur qui émiette mon cœur, la lumière qui faisait briller mes yeux qui s'éteint brusquement....c'était comme si j'étais retourner à mes 5 ans ...bref!- je me suis mise ma "famille" à dos, et je me suis enfermer dans ma chambre, j'ai fais comme si je n'avais que cette chambre et nul part ou aller, je m'étais isoler une bonne semaine d'eux, puis j'ai quitté la ville pour une autre semaine, durant tout ce temps "mes parents" avaient fait comme si rien ne c'était passé, et ils faisaient les victimes qui attendaient que je retourne vers, chose que je n'ai pas faite, puis arriva l'aid, fête qui n'en était pas vraiment une pour moi, j'ai fait la bonne grasse mâtiné, j'ai fais la bise à mes parent seulement à mes parents, pas pour eux, mais pour dieu et moi, pour que je reste toujours irréprochable.

....Bref ce jour là je me suis levé à midi, j'ai regarder un bon film, puis j'ai pris ma voiture et je suis aller dîner chez ma cousine, le lendemain, ma sœur et mes autres cousines débarquaient , j'ai passer 4 ou 5 jours avec elles, puis j'ai de nouveau quitter la ville pour une autre semaine, je suis rentré seulement hier et demain je repart pour une autre semaine...
1 mois après, ma relation avec mes parents est toujours aussi tendue, je ne pense pas qu'il puisse y avoir un retour en arrière, ça n'est jamais partie aussi loin...

Une partie de moi voudrai avoir la force de leur pardonner car malgré tout, malgré ma haine envers eux, malgré ma blessure aussi énorme que Son Doong , je ne veux pas leur faire du mal, il y'a toujours ce sentiment inné dont on peut se débarrasser qu'un enfant a envers ses parents...

Ces dernières semaine passées loin d'eux ont était apaisante pour moi, je me suis retrouvé, je suis fière de moi, je suis fière d'avoir était loyale à mes principes à ma philosophie même face à mes parents...

Tout ce que je veux c'est de vivre dans un environnement calme, stable et non hostile envers moi car je ne partage pas les mêmes idées que tout le monde...

Je ne veux pas couper les ponts avec mes parents, mais là maintenant, je ne peux pas non plus leur pardonner, je veux juste être avec moi même, renouer avec le monde et la vie, je suis rester tellement longtemps la tête dans le guidon avec ma famille et leurs problèmes, que toutes les ébauches de rêves, de bonheurs, d'espoirs qui ont résisté à mon pessimisme, ont finit par céder et ont était engloutis par la noirceur de mon monde.

Je veux vivre un moment loin d'eux et avec moi même, peut être qu’après mon cœur aurait cicatrisé, et la haine que j'ai s'adoucira et se transformera en sérénité, et peut être qu'à ce moment là je serais moins aigrie et que je leur pardonnerai enfin, sans me sentir déloyale envers moi même...